PROFILS
oxmo puccino
james carter
mamane
seal
ayo
pearl
AYO


Quelque peu fatiguée et il y a de quoi, une toute nouvelle artiste m'accueille avec le plus grand des sourires. Il s'agit d'AYO, femme joliment taillée dans un corps longiligne (1,80 cm au moins). Rencontre non fortuite dans le bureau du management car j'ai découvert cette nomade lors de shows à la Scène en 2003.
Son sang-mêlé la caractérise, son père appartient à la diaspora africaine : le Nigeria et sa mère, une Gypsie de Roumanie. Toute une histoire ! Née en Allemagne il y a environ 27 ans, elle comprend assez aisément que ce pays ne lui correspond pas du tout. « Les gens ne me considèrent pas comme faisant partie des leurs. » Néanmoins le public témoigne pour elle d'une ardeur mémorable. La vie sur place déclare-t-elle semble plus simple pour une femme puisque le peuple allemand raffole de l'exotisme.
Elle atterrit là-bas après les tumultueuses aventures de son père avec le gouvernement nigérian. Ils ont dû quitter le pays pour malheureusement ne plus y retourner. L'Afrique lui manque et cela se ressent à travers sa musique, plus particulièrement le morceau « Africa » tiré de son album démo. « Quand j'ai écrit cette chanson, il y avait un manque en moi. Je veux revoir ma grand-mère et mieux connaître toute ma famille. »
AY profite de ce track pour dénoncer le détachement de l'Afrique du nord avec le reste du continent. « Beaucoup ne se sentent pas concernés et plus tu es clair de peau mieux tu es vu. Je me dois donc de parler de toute l'Afrique.»
Côté coeur, la belle est éprise d'un homme qu'elle voit peu. Sa vie de bohémienne oppose un obstacle entre les deux tourtereaux. Elle, entre la France, l'Angleterre et l'Allemagne et lui en Allemagne. Dur ! Côté deal, East west Allemagne lui offrait jadis un contrat fallacieux puisqu'au bout du compte, une transformation artistique lui pendait au nez. Ouf ! Elle ne signe pas ! Son choix s'oriente vers la scène. Aujourd'hui elle s'établit, formant désormais avec sa guitare un seul et même être. Bien dans sa peau elle peut se focaliser sur un opus studio.
L'année 2004, synonyme de « live », se situera sur ses trois terres de prédilection (France, Angleterre, Allemagne). Et puis elle figure également sur l'album d'OFX (Saïan Supa Crew). Affaire à suivre sérieusement !

Shako kévy