PROFILS
oxmo puccino
james carter
mamane
seal
ayo
pearl
PEARL


Malheureusement détachée des racines la reliant à la diaspora, Pearl la jeune guyanaise a passé l'ensemble de sa vie à Nice. Son parcours rejoint la plénitude des chanteurs qui livrent leur vie au R&B. Le chant intègre irrémédiablement son existence dès son plus jeune âge, en quelque sorte une automation perpétrée par tout son être.
Ensuite s'enchaînent les évènements ordinaires de la vie. Cette vie qui se dévoile dans un milieu où la peau noire est inexistante, n'obstrue pas sa vision des choses. Ce vide fleurissant, n'exclut pas ses origines. Elle persiste dans la voie qui s'est révélée à elle comme une éviden-ce, la musique.
Dotée d'un physique très avantageux, elle ne passe pas inaperçue ! C'est ainsi que le « maître » sur le rap en France (du point de vue de l'audimat) SKYROCK, qui accroît son hégémonie sur le milieu de jour en jour, lance avec Sony et PEPSI MAX : MAX de 109 Rap et R&B, une version « urbaine » et édulcorée de Star Academy.
Après avoir envoyé ses maquettes le staff la repère. Tout se délie rapidement, elle devient la seule femme d'un collectif à tendance masculine. (C'est elle que vous pouvez apercevoir au cent-re de la pochette de l'album). Son travail paie. Depuis quelques mois Pearl promotionne une de ses chansons « J'ai de choses à te dire. » Clip et matraquage radio sont de rigueur !
La douceur de sa voix n'ayant d'égale que son charme, les puristes traditionnels du gospel Américain, ne seront sans doute pas convaincus par ces performan-ces vocales, et pourtant…
Pour certains, tout l'associe beaucoup plus à une Jennifer Lopez qu'à une Mary J. Blige ! A-t-elle démontré tout son potentiel ? L'avenir nous éclaira sur le reste. A quand l'album ?

Shako kévy